25/04/2007

Superflu

superflu
 

Superflu : La chance (Top 5 Records)

 

Qu’ils sont lointains les airs moroses que l’on pouvait se donner du haut de nos quarts de siècle au son de « Dieu que cette nuit est belle ». Déjà on évoquait les rides et les cheveux blancs, puis aussi nos peines, nos rêves,  les heures perdues et nos secrets…

Le vide est de retour. Quelle bonne nouvelle ! « Où étais-tu quand je pensais t’avoir perdu ? » interroge Nicolas Falez ! Et toi, t’étais où dis, hein ? Les rides, elles sont plus profondes…les cheveux blancs dissimulés…les peines ont débarqué avec les croque-morts …les rêves ont pris forme dans les mains de sage-femmes …on court derrière les heures perdues et nos secrets, on finit par les partager …

23:05 Écrit par J-M dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.